Conflits sociaux : Signification et utilisation des chiffres

Pour revenir aux chiffres et si l’on prend le chiffre de 632 conflits par jour de cette dernière semaine pour en faire une moyenne annuelle sur environ 260 jours ouvrables (pour des semaines de 5 jours) on arrive à un total d’environ 164 320 luttes.
Ce qui est déjà important.

Mais dans une étude, le CNRS estimait qu’entre seulement 20 et 50% des grèves étaient publiées par la presse. Si l’on prend cette estimation, on arrive donc à un total projeté sur l’année avec le même mode de calcul de 1 264 à 3 160 conflits par jour et de 328 640 à 821 600 conflits par an.
Ce qui est considérable.

Bien évidemment, ce calcul est très approximatif et n’a rien de scientifique.
Il permet cependant de donner un ordre d’idée de l’importance actuelle de la conflictualité sociale en France et de ses évolutions. Et cela nous met très loin de ce qu’a publié en ce début d’année le Figaro – et derrière lui, toute la presse – qui recense seulement 800 grèves au total pour l’année 2016. Ce chiffre du Figaro comme les statistiques du ministère du travail qui vont dans le même sens n’ont qu’une valeur de propagande pour tenter de démontrer que les gens ne se battent pas et qu’il ne sert à rien de le faire ; il alimente donc tout ce que disent en général les grands médias comme les hommes politiques.

Les chiffres que nous donnons ont la signification exactement inverse : les gens se battent, résistent en nombre, sont très nombreux à ne pas se laisser faire, ne baissent pas les bras et, bien souvent, gagnent.

Ces chiffres ne sont encore une fois que des approximations très imprécises. Cependant, ils sont certainement bien plus proches de la réalité que ceux donnés non seulement par les grands médias mais aussi de ceux donnés par le ministère du travail. Celui-ci, rappelons-le, fonde ses statistiques sur les déclarations de grèves des patrons eux-mêmes (en oubliant au passage la fonction publique). Ce qui est aussi peu fiable que de demander à un dictateur de quantifier la torture dans son pays.

On peut très légitimement penser qu’il y a en fait beaucoup plus de luttes que ce que nous mesurons ici. En effet, d’une part notre recensement ne se fait pas sur la totalité de la presse quotidienne mais seulement sur les grands quotidiens régionaux en ligne et d’autre part nous ne recensons pas les multiples actions invisibles de résistance à l’exploitation quotidienne des salariés, personnelles et collectives ; débrayages, grèves du zèle, boycotts, délégations, réunions voire même une partie des maladies qui sont aussi un moyen de se défendre pour certains.

via Il n’y a jamais eu autant de grèves et de luttes au travail depuis 5 ans – Paris-luttes.info

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s