Violences policières & impunité

Si des policiers peuvent être placés en détention provisoire pour des faits liés à leur vie privée ou pour un trafic de stupéfiants, le rapport de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice, rédigé en novembre 2016 après l’agression de quatre fonctionnaires de police dont la voiture avait été incendiée à Viry-Châtillon, établit qu’entre 2010 et 2016, 59 procédures pour usage mortel des armes par les forces de sécurité ont été ouvertes.

Pour quel résultat ? Vingt-cinq cas ont été classés sans suite. Huit n’ont fait l’objet d’aucune procédure. Vingt ont donné lieu à ouverture d’information judiciaire et, parmi ces vingt, cinq ont donné lieu à des mises en examen, dont deux accompagnées de mesures de placement sous contrôle judiciaire. Aucune détention provisoire.

Par ailleurs, moins de 8 % des policiers entendus par l’IGPN ont fait l’objet d’une garde à vue, justifiée par la particulière complexité des affaires.

via Mort de Shaoyo Liu: la police est une fois de plus désignée | Mediapart

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s