Axa et des banques françaises participent à la colonisation israélienne

Cinq grands groupes financiers français – quatre banques et une compagnie d’assurances – entretiennent des liaisons dangereuses avec la colonisation israélienne des territoires palestiniens occupés. C’est ce que révèle un rapport que publient le 29 mars la Ligue des droits de l’homme (LDH), la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), la CGT, l’Union syndicale Solidaires, le Comité catholique contre la faim et le développement (CCFD), l’ONG palestinienne Al-Haq, l’Association France-Palestine solidarité (AFPS) et l’Association Fair Finance France.

Selon ce document de 28 pages, la Société générale, la BNP-Paribas, le Crédit agricole (via sa filiale LCL), la BPCE (via sa filiale Natixis) et la compagnie d’assurances Axa, détiennent des participations, directes ou indirectes, dans des banques ou des entreprises israéliennes impliquées dans la colonisation des territoires palestiniens occupés, illégale au regard du droit international. Pour dévoiler ces liens, les auteurs du rapport se sont appuyés sur l’analyse conduite de mars à juin 2016 par le cabinet néerlandais Profundo, spécialiste du secteur financier et de la responsabilité sociale des entreprises.


C’est en étudiant les documents financiers de ces entreprises israéliennes et ceux des groupes financiers français que les auteurs du rapport ont établi des « liaisons dangereuses ». Selon ces documents, les quatre banques françaises et l’assureur Axa « gèrent des participations financières ou détiennent des actions de banques et d’entreprises israéliennes qui contribuent au financement des colonies ». C’est le Groupe Crédit agricole qui entretient les relations les plus intenses avec les neuf firmes israéliennes étudiées. LCL, la filiale du Crédit agricole, est actionnaire de chacune d’entre elles. Natixis, filiale de la BPCE, détient des actions de six entreprises israéliennes impliquées, la Société générale et Axa, de quatre d’entre elles et la BNP-Paribas, de deux de ces entreprises.


Mais la complicité des groupes français ne se limite pas à ce discret actionnariat. Elle peut prendre une forme plus active. En 2004, « BNP-Paribas, Société générale, LCL et Natixis, rassemblées au sein d’un consortium de banques internationales piloté par Deutsche Bank, ont signé quatre accords de prêts d’une valeur de 288 millions d’euros au profit d’Israel Electric Corporation. Ces prêts, dont l’échéance est fixée à 2020, financent un projet d’extension de deux centrales électriques au gaz de l’IEC dont les travaux sont effectués par l’entreprise française Alstom en partenariat avec l’entreprise allemande Siemens ».

via Axa et des banques françaises participent à la colonisation israélienne | Mediapart

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s