La transformation de l’électorat de gauche

Les chiffres de l’enquête électorale française de 2012 du Centre d’études européennes (CEE-Sciences Po) montrent qu’une minorité des ouvriers (45 %) approuvait alors les partis de gauche (du PS à l’extrême gauche), alors qu’ils étaient 60 % à le faire en 1978. Les personnels de service, qui votaient à 46 % pour la gauche en 1978, n’étaient plus que 35 % à faire ce choix en 2012. En revanche, le soutien des classes diplômées (cadres du privé comme de la fonction publique) avait fortement augmenté : les dirigeants et cadres de direction, qui étaient 18 % à soutenir les partis de gauche en 1978, votaient pour ces derniers à 43 % en 2012 ; de même, si 29 % des cadres d’entreprise votaient à gauche en 1978, la proportion montait à 45 % en 2012. Par ailleurs, la désaffection des classes populaires à l’égard de la « gauche de gouvernement » a davantage alimenté le niveau d’abstention que les scores de la droite et de l’extrême droite. Ainsi, d’après l’enquête Ipsos sur les élections régionales de 2015, le fort vote ouvrier pour le Front national (43 %) doit être relativisé par la prise en compte de l’abstention massive de ce groupe (61 %).

http://www.monde-diplomatique.fr/2017/03/AMABLE/57285

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s